Le post sur la consommation d’un CAT994A pour produire une batterie de voiture électrique qui désinforme

Les voitures électriques ne sont pas la panacée à tous les maux de nos villes, même si les leurs s’avèrent l’impact environnemental est – à moyen terme – bien inférieur à celui des véhicules thermiques, malgré le fait que la production des batteries à l’intérieur de celles-ci implique des émissions considérables de CO2. C’est précisément pour ces derniers que l’Union européenne a établi qu’à partir de 2035, les voitures à combustion interne ne pourront plus être vendues. Cela dit, certains continuent d’affirmer que les véhicules électriques sont aussi polluants que ceux à combustion interne, sinon plus.

Pour les plus pressés :

  • Une publication sur Facebook suggère que la production d’une seule batterie Tesla est extrêmement polluante, ce qui la rend écologiquement désavantageuse par rapport à un moteur à combustion interne.
  • S’il est vrai que la production de ces grosses batteries émet des quantités importantes de polluants dans l’environnement, l’utilisation d’une voiture électrique reste avantageuse sur le plan environnemental par rapport à une voiture traditionnelle à partir – en moyenne – de la troisième année de vie.

Analyses

C’est ce qu’ils appellent “vert”, lit-on dans un tweet posté sur Facebook où apparaît la photo d’un homme Bulldozer à chenilles. “C’est un Cat994A”, poursuit le texte, “il brûle 1000 litres de carburant en 12 heures et déplace environ 250 tonnes de matière pour en extraire le nécessaire pour produire UNE batterie Tesla. Mais toi, au volant de ta voiture à batterie, tu es fier de sauver la planète ». Les commentaires sous le post sont du même ton : « Je hais à mort les voitures électriques même hybrides ELLES SE PRENDENT LE CUL !!!! REVEIL …… !!!!!!!! », confie par exemple un internaute.

Les données sur le Caterpillar 994A ne sont que partiellement remontées

En cherchant le nom du bulldozer sur Google, il est possible de vérifier que celui montré sur la photo est bien un Cat994A. Le fact-checking du post objet de cet article a déjà été abordé par les collègues de AFP Allemagne Et AFP Pays-Bas. En contactant un Concessionnaire officiel Caterpillar, le journal confirme que la consommation de carburant déclarée sur Facebook est conforme à la vraie. Le modèle 994A consomme, en effet, entre 1150 et 2600 litres de carburant toutes les 12 heures. D’autre part, le calendrier et les quantités de matériaux nécessaires pour extraire les minéraux de la mine utiles à la production d’une batterie Tesla sont erronés.

Marko Pakkinenchef du groupe de recherche sur les véhicules électriques et le stockage de l’énergie à l’Université d’Espoo, en Finlande, a en effet souligné que – par exemple – 95% du cobalt utilisé dans les batteries provient de la production d’autres métaux, de sorte que le temps d’extraction est largement surestimé dans la publication Facebook. Cependant, même si 250 tonnes de terre étaient vraiment nécessaires pour obtenir les minerais, le bulldozer serait capable de déplacer et de creuser suffisamment de terre pour produire 20 piles en une heure. Cela porterait la consommation de carburant à 10 litres par batterie. C’est le montant nécessaire, sur la plupart des voitures modernes, pour couvrir un distance entre 100 et 200 kilomètres.

Alors, à quel point la conduite d’une voiture électrique est-elle polluante ?

Il reste donc à voir si l’utilisation de voitures électriques produit réellement moins d’émissions que les voitures à essence. Tout, ou presque, dépend de la manière dont est produite l’électricité utilisée. Cet article du New York Timesrappelle qu’aux États-Unis, les voitures électriques sont, à kilomètres parcourus, bien moins polluantes que leurs homologues thermiques. Il en va de même dans l’Union européenne, comme le souligne cet article de Culotte Carbonequi montre comment les émissions sur l’ensemble du cycle de vie des véhicules électriques sont – pour l’UE – inférieures de moitié à celles des voitures traditionnelles.

BREF CARBONE / Zeke Hausfather | Graphique comparant les émissions sur l’ensemble du cycle de vie des véhicules à combustion interne, hybrides et électriques dans certains pays

Mais, combien de temps faut-il utiliser une voiture électrique pour faire ça les coûts environnementaux de la production de batteries sont-ils compensés par les avantages en termes de consommation ? Compte tenu d’un cycle de vie moyen, ce délai varie entre 1,5 et 4 ans, selon les véhicules concernés, que vous choisissiez de remplacer une voiture à combustion interne encore en marche ou d’acheter un nouveau véhicule, et d’autres facteurs, comme le mix énergétique du pays dans lequel vous roulez. L’exemple de Culotte Carbone proposé ici prend le Royaume-Uni comme référence. En fin de vie, une voiture électrique n’aura émis qu’un tiers des polluants produits par un véhicule traditionnel.

Le-post-sur-la-consommation-dun-CAT994A-

Conclusion :

Une publication sur Facebook insinue que la production de batteries de voitures électriques serait si polluante qu’elle annulerait les avantages environnementaux de ces véhicules. Cependant, la déclaration, ainsi que certaines données présentées dans le message, sont trompeuses.

Cet article contribue à une Projet Facebook pour lutter contre les fake news et la désinformation sur ses plateformes sociales. Lois ici pour plus d’informations sur notre partenariat avec Facebook.

Lire la suite sur Open

Lire aussi :

NEXT Stellantis et la France envisagent d’épouser Renault : les usines italiennes en danger