“Grand Tour Musées”, les propositions pour Pesaro 2024

Le 18 mai, pour la Nuit des Musées, des ouvertures nocturnes extraordinaires et 4 propositions pour découvrir le patrimoine culturel de la ville (Musées Civiques du Palazzo Mosca, Casa Rossini, Musée National Rossini et Musée Archéologique Oliveriano) et du village de Novilara

PESARO – Là-bas XVIe édition du Grand Tour Musées, le rendez-vous pour découvrir le patrimoine conservé dans les musées des Marches, promu par le Département de la Culture de la Région des Marches et la Fondation Cultura des Marches, en collaboration avec le MiC – Ministère de la Culture/Direction régionale des musées des Marches et la Coordination régionale des Marches de l’ICOM Italie. L’initiative s’articule autour de deux événements internationaux importants – la Journée internationale des musées et la Nuit des musées – qui coïncident cette année sur un seul jour : le samedi 18 mai. Au programme, des événements et des rencontres, des ateliers et de nouveaux itinéraires de visite, suivant le thème indiqué par l’ICOM pour la Journée internationale des musées 2024 – Musées, éducation et recherche – qui souligne le rôle joué par les musées en tant qu’institutions éducatives dynamiques qui favorisent l’apprentissage et l’enrichissement culturel. avec un objectif final : le bien-être complet de la personne.

La proposition est riche et décidément intéressante Pesaro 2024 qui implique plusieurs musées. Le samedi 18 mai, Pesaro Musei propose l’ouverture extraordinaire jusqu’à minuit des Musées Civiques du Palazzo Mosca et de la Casa Rossini et trois événements spéciaux – en pensant également aux plus petits – auxquels participent également le Musée Archéologique Oliveriano. A 21h, « Chuchoter l’art », une promenade pour les enfants de 5 à 10 ans dans les ruelles de la ville où se conservent des savoirs qui seront chuchotés et aperçus aux flambeaux au clair de lune. Anecdotes et questions s’activeront à la découverte de petites traces qui mèneront à la découverte du patrimoine qui nous entoure. Coût 4 €, informations et réservations 0721 387541 [email protected]. Point de rendez-vous aux Musées Civiques, il est recommandé de se munir d’un flambeau. À 23h00 commence la visite guidée « Musées Eros ai », un voyage qui met en valeur les aspects amoureux des œuvres exposées au Palazzo Mosca et à la Casa Rossini, accompagné de lectures sensuelles de mythes et légendes. Un itinéraire fondamentalement né de la rencontre de deux grandes passions : l’art et l’amour. Coût 4 €, informations et réservations 0721 387541 [email protected], point de rendez-vous aux Musées Civiques.

Le samedi 18 mai encore (à partir de 17h30), l’Institution Olivieri, les associations L’Anfora di Novilara et Teuta Senones Pisaurenses et le Quartiere 3 – Colline e Castelli proposent « Voyager avec l’Histoire », un voyage itinérant entre Pesaro et le village. de Novilara, sur les traces des Piceni, ancien peuple italique de langue ombrienne-sabellienne qui, entre le IXe et le IIIe siècle avant JC, vivait dans la zone médio-Adriatique délimitée au nord par la rivière Foglia et au sud par le Tronto rivière. Le premier arrêt est à 17h30 au Musée Archéologique Oliveriano avec « À la découverte des Piceni : une promenade entre la vie et la mort » organisée par Brunella Paolini, directrice de l’Institution Olivieri, et l’archéologue Enrico Sartini, une visite guidée de la Nécropole de Novilara conservées au Musée Archéologique d’Oliveriano et à la Capanne Picene de via delle Galligarie, considérées comme les maisons les plus anciennes de Pesaro, découvertes lors d’une fouille menée en 1977 par le professeur Mario Luni/Université d’Urbino. À 19h30, l’après-midi se poursuit au Château de Novilara, avec l’exposition « À la table des anciens » qui présente des ustensiles de cuisine, des kits de banquet, des produits alimentaires, des épices et des herbes aromatiques ; les reconstituteurs de l’association Teuta Senones Pisaurenses montreront comment les peuples anciens pratiquaient la fabrication du fromage. Suivra la rencontre organisée par Nicoletta Tagliabracci, ambassadrice oenogastronomique des Marches « Le miel, nectar des déesses, beauté et cosmétique dans l’Antiquité » : une excursion dans l’histoire de la cosmétologie antique à travers les utilisations fascinantes du miel. À 20h45 Apéritif dînatoire aux saveurs anciennes : soupe, fromages et miel, raisins secs et friandises, pain complet, le tout arrosé de vin et d’hydromel et égayé par Ancient Notes at Sunset d’Annalisa Cancellieri, qui interprétera des morceaux de musique ancienne sur le celtique harpe. Les visites guidées et les activités sont gratuites sans réservation à l’exception de l’apéritif (coût 15 euros, réservation obligatoire au 339 3707313 ou 366 5408316). Info 0721 33344 [email protected].

Au Musée national Rossini, un double rendez-vous. Samedi 18 mai à 21h, l’incontournable visite guidée “Contaminations culturelles : Rossini et les géants de son temps” qui raconte les rencontres et interactions du génie avec les plus grandes personnalités de son temps, de Paganini à Wagner qui s’est entretenu avec Rossini en dernière partie de sa vie, jusqu’à des personnalités du panorama politique, artistique et littéraire comme Metternich et Stendhal. Un voyage fascinant qui sera enrichi par un moment musical surprise organisé par les étudiants du « G. Rossini » : Ada Ricioppo (violon), Martina Giulianelli (alto), Leonardo Muccioli (violoncelle). La visite est incluse dans le billet d’entrée, réservation obligatoire, informations et billets 0721 1922156 [email protected]. Dimanche 19 mai – à l’occasion de Stradomenica – à 16h, visite spéciale de “La gazza ladra” dans le cadre de l’exposition “Chefs-d’œuvre en scène”. Guide des œuvres de Rossini. L’événement est dédié à l’opéra qui fut représenté pour la première fois le 31 mai 1817 au Nuovo Regio Ducale Teatro alla Scala, marquant le retour de Rossini à Milan, avec un autre succès incroyable après “La pietra del Paragone” de 1812. Le sujet de l’opéra L’opéra est tiré du drame de 1815 La Pie voleuse ou La Servante de Palaiseau de Théodore Badouin d’Aubigny et Louis-Charles Caigniez, mis plus tard en musique par Rossini avec un livret de Giovanni Gherardini. Selon les critiques, la partition a une très haute qualité musicale et un entrelacement de drame intense typique de l’opéra semi-sérieux, qui combine la comédie et la tragédie, inspirés par des événements d’actualité réels. Situé après la Révolution française et les guerres napoléoniennes, dans un village paysan près de Paris, l’intrigue raconte l’histoire de la servante Ninetta qui, victime de calomnies et d’une erreur judiciaire, est injustement reconnue coupable d’avoir volé une fourchette en argent lors d’une fête mais le coupable était juste une pie. L’opéra devient très populaire jusqu’à la fin du siècle, puis renaît au milieu du XXe siècle, et inaugure la première édition du Festival d’Opéra Rossini en 1980. La visite est incluse dans le billet d’entrée (réservation conseillée). Infos et billets 0721 1922156 [email protected]

PREV New York, Nardella devant 30 mille enfants : message aux diplômés de l’Université de Syracuse
NEXT [CALABRIA] MANIFESTATION “PAS DE PONT” ​​LE 18 MAI