Le défi de Di Massimantonio : « Nous voulons une ville plus juste » – Teramo

Le défi de Di Massimantonio : « Nous voulons une ville plus juste » – Teramo
Le défi de Di Massimantonio : « Nous voulons une ville plus juste » – Teramo

GIULIANOVA. La conférence de presse du candidat maire de la gauche radicale s’est tenue hier dans le cadre suggestif de la salle Buozzi Daniele Di Massimantonio. Les noms des candidats et les programmes des deux listes qui soutiennent le porte-parole de l’Union populaire ont été officiellement présentés : « Cultura politica », la plus jeune avec une moyenne d’âge de 37 ans, et « Nos-Noi ». Di Massimantonio bénéficiera également du soutien extérieur des socialistes italiens : hier encore, le soutien du secrétaire national a été officialisé Enzo Maraio via l’exposant local Claudio Del Grosso, présent à la conférence. Ils étaient à table Antonietta Narcisi Et Dino Macératous deux candidats sur la liste “Nos-Noi”, Del Grosso lui-même, ndlr Élisa Braca qui a apporté les salutations de l’Union populaire.
« Ce ne sera pas la candidature d’un individu », a souligné Di Massimantonio, « mais d’un collectif, la choralité sera notre point fort : notre programme vise à mettre en œuvre des politiques pour une ville plus juste et durable, et avec une attention particulière à la santé. , du travail et des politiques sociales”. Di Massimantonio, au cours de la réunion, a présenté ses propositions pour l’avenir de la ville, en mettant particulièrement l’accent sur les soins de santé et l’hôpital Giulianova qu’il a défini comme « la Cendrillon de l’Autorité Sanitaire Locale de Teramo, fortement pénalisée par le nouveau plan de santé de la Région ». réseau hospitalier, élaboré par le conseil de Marsilio avec l’approbation du maire Jwan Costantini» ; il a donc exprimé son désir de recentrer l’attention sur l’hôpital de Giulia, en s’engageant à dialoguer avec la Région pour améliorer les services. «Le maire est la plus haute autorité sanitaire locale», a ajouté l’aspirant maire, «le responsable de l’état de santé de la population sur son territoire: Costantini a été complice de la pénalisation de l’hôpital, il a endossé politiquement les choix de la Région après après avoir dit, lors de la campagne électorale, en 2019, qu’il s’enchaînerait.” Toujours dans le secteur de la santé, Di Massimantonio a également proposé de renforcer le centre Alzheimer récemment ouvert à Bivio Bellocchio et de créer une unité de soins primaires intégrés pour garantir une assistance complète aux citoyens.
Le candidat à la mairie de la gauche radicale a également voulu souligner l’importance de valoriser les ressources culturelles et historiques locales, à travers la promotion d’initiatives, favorisant ainsi le développement économique de la ville. Parmi les thèmes centraux de la réunion d’hier matin figuraient la démocratie participative et le budget participatif : pour Di Massimantonio, il est important d’impliquer activement les citoyens de Giulia dans les décisions administratives. En vue de promouvoir une plus grande implication dans la gestion de la ville, il a évoqué la création d’un département pour la démocratie participative. Les critiques à l’encontre du sortant Costantini ne manquent pas : « Les locaux commerciaux du centre-ville sont vacants et au lieu de mettre en œuvre des stratégies pour relancer le commerce giuliese, il a rempli les vitrines des établissements commerciaux vacants avec des images électorales et des agrandissements. ». Enfin, le droit au logement et la question des immeubles Ater de la via Brodolini. «Une situation qui n’a malheureusement pas de solution définitive», a conclu Di Massimantonio, «avec des habitants qui vivent depuis des mois dans un état de dégradation et de graves difficultés sociales».
©TOUS DROITS RÉSERVÉS

PREV Collecte de signatures pour les questions référendaires sur l’emploi stable
NEXT Le piège des DG met en danger la majorité des Pouilles : fissures au Conseil