«Sassari protagoniste avec nouvel hôpital, port et aéroport» Nouvelle Sardaigne

Sassari Un rôle de premier plan à redécouvrir et à se réapproprier, mais aussi une responsabilité envers le vaste territoire en attendant que la métropole tant attendue et incontournable prenne enfin son essor. La tâche qui attend le futur maire de Sassari ne se limite pas à la solution des problèmes complexes « à l’intérieur des murs ». Aussi parce que de nombreuses questions sur la table sont impossibles à traiter autrement que dans une perspective territoriale et que ce n’est qu’en impliquant le territoire qu’il est possible de trouver des solutions.

Sujets sur lesquels hier matin Mariano Brianda, Nicolas Lucchi, Gavino Mariotti, Giuseppe Mascia Et Giuseppe Palopoli ils ont rencontré la rédaction de Nuova Sardegna lors d’un débat, le premier de cette campagne électorale dans laquelle ils sont tous alignés, introduit par le directeur Giacomo Bedeschi et animé par le responsable du secteur Actualités Gianni Bazzoni. En particulier, ce sont deux questions de « poids » régional sur lesquelles s’est développée la discussion : la santé, et la nécessité ou non d’un nouvel hôpital urbain, et la mobilité, avec une référence particulière aux ports et aéroports, à leur défense et à leur relance.

Soins de santé La demande de construire un nouvel hôpital à Sassari a été unanime, malgré des différences substantielles quant au lieu et aux modalités d’identification.

«Le nouvel hôpital est essentiel – – a-t-il expliqué Gavino Mariotti –. Sassari ne possède pas d’hôpital mais seulement une série d’immeubles qui ne peuvent pas être reliés entre eux. Il s’agit d’un investissement de 1 milliard 200 millions et doit être réalisé dans le lieu qui avait été identifié par Solinas avec à l’intérieur la Faculté de Médecine. Concernant la pénurie de médecins : c’est un problème structurel en Italie, résultat d’une mauvaise loi sur le nombre limité, il faut la changer.”

«Sassari doit revenir à la possibilité de réclamer ce qui lui est dû et ce qui lui est dû – a-t-il déclaré Giuseppe Mascia –. Nous sommes favorables à un nouvel hôpital, mais le président Todde a bien fait d’annuler l’intervention de dernière minute de Solinas, car l’identification de la zone où le construire est une question qui doit faire l’objet d’une discussion avec l’administration municipale, le conseil municipal. Nous pensons que la meilleure zone pour le réaliser est à Piandanna, en aval de la bande blanche, car elle permet d’infrastructurer un nouveau réseau routier et de libérer toute l’énergie de Viale Italia”.

«Quand nous parlons de soins de santé, nous parlons de la vie des gens – a-t-il expliqué Giuseppe Palopoli –. Ils ont bien fait de rénover la salle d’urgence et de construire une salle d’attente digne. Le problème c’est que les urgences manquent de médecins. Je suis favorable au nouvel hôpital, car tout concentrer dans un seul bâtiment est la meilleure chose à faire. Mais je lance un appel à tout le monde : rappelons les médecins dans notre ville, ils s’enfuient.”

«La question de la santé est celle qui suscite le plus d’inquiétude parmi les citoyens – a-t-il déclaré. Mariano Brianda – et à l’Assemblée constituante de Sassari, il a bénéficié d’une attention particulière. La municipalité, même si elle n’a pas de compétence directe, peut faire beaucoup : promouvoir la médecine de base et les infrastructures. Sassari ne dispose pas d’un hospice, la Commune peut fournir un lieu pour l’héberger. Nous devons créer Sassari en solidarité avec le volontariat. À propos de l’hôpital : où sont les fonds dont nous disposons pour rénover l’hôpital actuel ? Pourquoi avons-nous arrêté ? Nous ne voulons pas très bien le faire là-bas, les citoyens doivent décider où le faire. »

«Parler de santé, c’est parler du droit à la santé, garanti par la Constitution – a-t-il souligné. Nicolas Lucchi – Nous devons penser les soins de santé comme une ville métropolitaine. La nécessité d’une grande structure qui assure l’accompagnement et le service sur l’ensemble du territoire est une étape fondamentale. Il faut dire que la Municipalité n’a même pas reçu de plan de la Région, indiquant où construire une structure qui nécessiterait au moins trente hectares pour être hébergée.

Mobilité «Sirio doit relier tous les quartiers, l’aéroport et le port – a-t-il déclaré Palopoli –, Favoriser l’accès à la ville. Je supprimerais cependant Sirio de Viale Italia pour le ramener à la circulation dans les deux sens. Parce qu’il n’est pas possible pour ceux qui arrivent de l’extérieur de rejoindre le centre par une route secondaire.”

«La mobilité est au cœur du développement de la ville et du territoire – a-t-il souligné Brianda – De l’extérieur, les routes doivent mener à Sassari et pour cela nous devons réaliser de toutes pièces un plan de circulation que nous avons déjà créé, avec des flux orientés, par exemple avec des stands d’échange. Le tramway est un sujet sur lequel il faut se concentrer et se développer. Mais là aussi, ce sont les citoyens qui doivent décider. »

«L’un des points clés du rôle de la ville métropolitaine à former est la mobilité – a-t-il expliqué Lucchi –. Nous avons deux interlocuteurs pour parler des liaisons avec le port et l’aéroport : Arst et la Région. Et des solutions possibles sont déjà sur la table. Pour l’instant, nous construisons le centre intermodal, qui est le point d’arrivée et d’échange des différents modes de transport, condition de départ pour accueillir un nouveau système de mobilité”.

«Il faut souligner le rôle politique et stratégique de la ville de Sassari – a-t-il déclaré Mariotti –. Cela fait des années que nous n’avons plus le rôle moteur du territoire. Il faut en reprendre possession en démontrant que nous avons des projets pour le territoire, pour le port, l’aéroport. Ce qui implique aussi un différend avec la Région, car à Cagliari des centaines de millions d’euros ont été investis dans le port, et rien à Porto Torres et Olbia”.

«Sassari a une responsabilité envers l’ensemble du territoire – il a fermé Mascie –. Il a perdu la capacité de se connecter et de se connecter avec toutes les communautés environnantes. Nous avons contesté le plan de mobilité du dernier mandat. Le système de transports publics doit être rendu rationnel, utilisable et univoque. Et l’électrification d’un système qui peut relier Sassari à Sorso pour arriver à Castelsardo est là. Pour l’aéroport, il faut taper du poing sur la table, pour le port, il existe de grandes possibilités de développer des projets pour la zone portuaire, l’arrière-port, les quais, de manière synergique et cohérente”.

PREV Cocaïne et marijuana dans la maison, a rapporté un Roumain de 34 ans
NEXT Actualités Milan, pas en avant pour le nouvel entraîneur : le choix du club