Foggia: retards dans la distribution du médicament salvateur Baqsimi pour les diabétiques

« Malgré l’approbation de la résolution, accueillie avec enthousiasme par ceux qui considèrent notre région vertueuse, il existe aujourd’hui une confusion persistante dans les ASL régionales, compromettant le droit à la santé des personnes atteintes de diabète de type 1 résidant dans les Pouilles », déclare Priore. « Nous recevons de nombreux témoignages de patients des provinces de Foggia, Lecce et Tarente qui ne peuvent pas obtenir gratuitement le médicament vital Baqsimi. Les autorités sanitaires déclarent que la Région n’a pas fourni d’indications claires sur la manière de fournir gratuitement le médicament aux personnes qui y ont droit. Cette désorganisation non seulement complique l’accès au médicament, mais met en évidence un manque de coordination entre la Région et les autorités sanitaires locales, empêchant une offre uniforme de soins de santé sur l’ensemble du territoire régional.

« La situation est critique », poursuit le président Priore, « puisque, depuis janvier 2024, seules certaines autorités sanitaires locales fournissent le médicament par l’intermédiaire des pharmacies hospitalières. Les autres n’ont activé ni le décaissement direct ni le remboursement des achats effectués par les patients ou leurs familles. La méthode la moins chère pour les autorités sanitaires locales et pour la Région reste l’achat direct par la Société de Santé, étant donné que le prix catalogue du Baqsimi est de 84,17 €, montant qui devrait être remboursé au patient en cas d’achat individuel. Cependant, avec des achats centralisés, comme c’est le cas dans d’autres régions italiennes comme l’Émilie-Romagne et la Toscane, le coût serait considérablement réduit. L’acquisition centralisée et la distribution directe apportent de nombreux avantages : économies économiques, plus grande accessibilité et contrôle de la distribution, et garantie d’un accès rapide pour tous les citoyens qui ont besoin du médicament.

« Il est impensable, poursuit Priore, que des citoyens soient obligés d’avancer des sommes aussi élevées sans aucune certitude de remboursement. Cette situation pénalise encore davantage les familles, notamment celles dont les enfants souffrent de diabète, sans tenir compte de celles qui connaissent des conditions économiques difficiles, qui ne peuvent pas se permettre d’anticiper ces coûts. »

La Fédération des Diabétiques APS des Pouilles a demandé une intervention urgente pour clarifier et normaliser les procédures des autorités sanitaires locales, garantissant l’application des lois régionales et une utilisation judicieuse des ressources publiques, protégeant ainsi le droit à la santé des personnes diabétiques présentes dans les Pouilles. “Il ne suffit pas d’allouer les fonds dans le budget si nous ne procédons pas ensuite à la mise en œuvre en temps opportun des procédures permettant de les utiliser.”

PREV Naples, Di Lorenzo : “Je suis calme. Des conneries ont été écrites sur moi”
NEXT Le football entre branding territorial et géopolitique