Foligno, le maire répond aux progressistes sur le « cas Belfiore » : « Accusation fausse et tendancieuse »

Foligno, le maire répond aux progressistes sur le « cas Belfiore » : « Accusation fausse et tendancieuse »
Foligno, le maire répond aux progressistes sur le « cas Belfiore » : « Accusation fausse et tendancieuse »

Stefano Zuccarini intervient pour défendre le travail de la police et accuse le centre-gauche de “propagande vulgaire et de visées politiques”

« Une accusation fausse et partiale », c’est ainsi que l’a définie le maire de Foligno Stefano Zuccarini, candidat au rappel, en racontant sa version de l’assemblée publique de Belfiore tenue il y a deux semaines, au cours de laquelle la coalition progressiste a dénoncé l’identification de deux des hommes venus protester contre les retards dans la construction du siège du centre social.

Reconstituant ce qui s’est passé jeudi soir dernier, Stefano Zuccarini a expliqué comment les deux hommes “qui protestaient contre l’échec de la construction du centre social de Belfiore” ont été invités à entrer et à participer à la réunion, pour ensuite repartir lorsque le projet et le début de les travaux sur le centre social ont été “présentés”.
Une reconstruction qui contraste donc avec celle décrite par la coalition progressiste, qui avait parlé d’« intimidations envers ceux qui voulaient pacifiquement faire parvenir leurs demandes au maire ».

Une polémique qui a éclaté sur les réseaux sociaux et à laquelle Zuccarini a répondu durement, parlant ainsi d’une exploitation « à des fins de propagande vulgaire et à des fins politiques dans la tentative maladroite – a-t-il déclaré – de faire l’hypothèse d’une collusion inexistante entre les forces de police et l’administration municipale visant à à une prétendue censure ou confirmer des intentions antidémocratiques délirantes”.

PREV C’est l’heure de Trento Bondone : 264 pilotes inscrits avec 68 voitures historiques
NEXT Le football entre branding territorial et géopolitique