Le tollé des maires sur la programmation des fonds FSC pour la Sicile

Le tollé des maires sur la programmation des fonds FSC pour la Sicile
Le tollé des maires sur la programmation des fonds FSC pour la Sicile

Un pacte de 6,8 milliards d’euros, avec 580 interventions prévues et les plus gros investissements en direction de l’environnement et des infrastructures (en premier lieu le Pont du Détroit) : la signature de l’accord, signé hier, sur le Fonds de développement et de cohésion entre Gouvernement régional et nationalen présence du Premier ministre Giorgia Melonidu ministre des Affaires européennes Raffaele Fittodu Ministre du Commerce et du Made in Italy Adolfo Ursodu Ministre de la Protection Civile Nello Musumeci et le Président de la Région Renato Schifani.

La stipulation de l’accord, formalisée à Théâtre Massimoarrive douze jours après le vote des élections européennes, un aspect fortement contesté par l’opposition à l’Ars. Après avoir trouvé un accord il a également apporté sa contribution Cassa Depositi e Prestitiqui a soutenu le Région sicilienne dans la définition de la programmation pertinente Fsc.

Un plan applaudi par de nombreux Premiers Citoyens après avoir constaté la présence de leurs propres projets dans le Programme Sicile FESR 2021-2027, mais contesté par 50 collègues maires de la province de Messinequi, le jour même de la signature de la convention, a invité une lettre au Président de la Région Renato Schifani et au directeur général du service régional de l’aménagement Vincenzo Falgarèstransmis pour information au président deAssemblée régionale sicilienneau Commission du Budget de l’Arsau président de Commission d’examen des activités de l’Union européenne de l’Arsau président de Armoireau Ministre de Affaires européennesLe Sudle Les politiques de cohésion et le Pnrr, Département de planification et de coordination de la politique économique Présidence du Conseil des Ministres – Cipess et Anci Sicilia.

« Avec une grande surprise, en ce qui concerne la seule province de Messine, les interventions sont incluses pour moins de 40% des municipalités et divers projets de niveau exécutif et de construction ne sont pas inclus. – mettre en avant les administrateurs – bien qu’ayant été mis à jour et transmis ces derniers mois par les Communes aux différents Départements régionaux et Départements chargés de la zone d’intervention”. Les signataires se disputent “le manque absolu de consultation des territoires qui a conduit à l’identification des interventions à inclure dans le plan d’investissement qui excluent plus de 60% des communes de la province, ainsi que la ville métropolitaine de Messine elle-même, la seule de les trois en Sicile auxquels pas même un euro de ressources n’a été réservé, contrairement à ce qui s’est passé avec celui de Palerme et de Catane, avilissant ainsi le rôle de l’autorité locale qui, par sa définition, devrait s’occuper du développement stratégique de l’ensemble du territoire métropolitain, à travers la promotion et la gestion intégrée des services, des infrastructures et des réseaux de communication”. A la lecture de la pièce jointe, il a été constaté « la présence d’interventions qui dans les classements déjà établis (comme le Ddg 909/2022 de la Direction Régionale des Politiques Familiales et Sociales) étaient par contre incluses dans le tableau 2 et donc exclues, et qui étrangement se substituer à ceux qui ont été déclarés éligibles au financement par le même décret ».

« De nombreuses municipalités que nous administrons ont répondu rapidement à chaque demande de transmission de formulaires visant à identifier les besoins. – soulignent les maires – notamment au sujet des systèmes d’eau intégrés mentionnés dans la demande reçue duAssemblée Territoriale de l’Eau de Messinede même qu’ils ont participé aux avis publics émis par les différentes structures régionales, rappelant à titre d’exemple et uniquement parce que le dernier en date par ordre chronologique l’avis public exploratoire à manifestation d’intérêt pour l’efficacité énergétique du 7 mars.”. La lettre rappelle les cinq objectifs stratégiques fixés par l’entreprise Commission européenneea pour promouvoir la cohésion économique, sociale et territoriale, afin de réduire l’écart entre les niveaux de développement des différentes régions et le retard des régions les moins favorisées ou insulaires et il est souligné que l’accord pour Fonds FSC “ne fait aucune mention des critères de sélection adoptés par la direction de l’aménagement du territoire et les autres directions et structures régionales, concernant les interventions à réaliser avec les énormes ressources du FSC 2021-2027 et la procédure qui a conduit à l’établissement de la liste des interventions n’a pas pleinement respecté le principe de transparence de l’activité administrative. Chaque municipalité a utilisé d’importantes ressources financières et professionnelles pour l’élaboration et/ou la mise à jour des plans d’interventions non inclus dans l’annexe A1 et tout cela apparaît en contraste frappant avec l’objectif stratégique de développement durable et intégré des zones urbaines, rurales et côtières et initiatives locales”. Les maires demandent donc « dans le respect des principes de transparence et de bonne performance de l’action administrative, connaître les motivations stratégiques précises et les critères de priorité adoptés par la direction de l’aménagement du territoire et par les autres directions régionales et structures techniques, pour la sélection des interventions à réaliser à travers les ressources Fsc 2021-2027en se réservant le droit de formuler une demande d’accès aux documents administratifs conformément à la loi 241/1990 et d’entreprendre toute action en justice pour protéger les municipalités représentées”.

PREV Le catalogue « Carlo Pace ». Panneaux. Matériaux. Phonèmes » présenté à la Fondation CRAL
NEXT Fermetures, Confartigianato: «Nous avons besoin d’un plan d’urgence maintenant»