“Aujourd’hui à Acireale nous demanderons un sommet au préfet”

ACIREALE – Condamnation du violence et la proximité de personnel médical et soignant de la société Cannizzaro qui l’a subi.

Demainà l’hôpital d’Acireale, il sera demandé Préfet un prochain sommet entre entreprises hospitalières, Police et les représentants des travailleurs pour affronter une résurgence aux contours de plus en plus inquiétants.

Cisl et le Médecins Cisl de Catane prend position sur ce qui s’est passé il y a trois jours aux urgences de l’hôpital Cannizzaro de Catane, l’agresseur étant un étranger souffrant de graves problèmes psychiatriques.

Protéger le personnel médical des actes de violence

Nous demandons aux institutions compétentes de adopter des mesures et des pistes concrètes pour protéger les professionnels de la santé contre les actes de violence et garantir un environnement de travail sûr et respectueux pour chacun”il prétend Massimo De Natale, secrétaire général du Cisl Médecins de Catane.

« Nous invitons également – continue De Natale – la société civile et prendre conscience de ce problème c’est à accompagner tout le personnel médical et soignantreconnaissant la valeur de leur travail et respectant leur engagement quotidien en faveur de la santé et du bien-être de tous« .

Les cas de violences aux urgences se multiplient

Dans les dernières années – souviens-toi – nous avons été témoins d’un phénomène inquiétant augmentation des actes de violence physique et verbale envers tout le personnel médical et soignant, notamment aux urgences. Ces actes de violence ils menacent pas seulement là sécurité et le bien-être des professionnels de santé, mais aussi l’efficience et l’efficacité des services d’urgence.

Le secrétaire De Natale explique : «Le personnel médical et soignant des services et des urgences, réduit en nombre, travaille sans relâche pour garantir les soins et l’assistance aux patients dans des conditions d’urgence, souvent dans des situations critiques et très stressantes.

Il est inacceptable que ces professionnelsqui se consacrent avec dévouement et professionnalisme au soin des autres, sont soumis à des menaces, attaques physiques et verbalisations par des individus qui ne comprennent pas la complexité et l’urgence du travail effectué aux urgences”.

La rencontre avec le préfet de l’hôpital d’Acireale

Pour Maurizio Attanasio, secrétaire général de la CISLcet incident constitue un nouvel acte de violence contre le personnel soignant des hôpitaux publics de Catane.

« Demain même, jeudi 20 juin, à l’occasion de la convocation de l’organisme provincial de santé et de sécurité au travail, qui se réunira à l’hôpital d’Acireale, nous représenterons notre appréhension et notre demande au Préfet. Il faut aller au-delà des expressions de solidarité et du cas en particulier, face à la résurgence des événements que nous avons signalés depuis longtemps à la police, en collaboration avec la fédération des médecins et la fonction publique de la CISL..

Ce qui sera nécessaire

Au Préfet – anticipe Attanasio – nous demanderons un sommet avec les responsables de l’ordre et de la sécurité publics et les entreprises hospitalières, pour identifier d’une part dispositifs de sécurité adaptés dans les hôpitaux pour protéger non seulement Les travailleurs du domaine de la santémais aussi des dieux utilisateurs citoyens; d’autre part, la possibilité de constituer des forces conjointes spécialisées dans Gestion des GRTpour mieux couvrir les événements et le territoire”.

“Dernièrement – conclut le secrétaire du CISL de Catane – il serait approprié que les sociétés de sécurité privées soient également impliquées dans le soutien aux forces de policeà travers des procédures à identifier afin que les travailleurs puissent faire face à de tels événements pouvant être considérés comme des circonstances à risque pour la sécurité sur le lieu de travail”.

NEXT “L’absolutisme ? Il y a souvent la dictature des minorités.” Salvini répond à Mattarella