INTER ARMA – Nouveau paradis

INTER ARMA – Nouveau paradis
INTER ARMA – Nouveau paradis

vote
8.0

  • Bandes:
    INTER-ARMA
  • Durée : 00:41:43
  • Disponible à partir du : 26/04/2024
  • Étiquette:
  • Dossiers de rechute

Streaming pas encore disponible

Dans le passé, nous avons dépensé des rivières de mots pour décrire ce que jouait l’Inter Arma américaine : un son dense, irrégulier, immense, débordant d’influences. Avec le splendide triptyque « Sky Burial »/« Paradise Gallows »/« Sulphur English », les cinq originaires de Richmond ont parcouru le monde entier pour englober de nombreuses façons de vivre et d’interpréter le heavy metal sous le même parapluie. L’obscurité imaginative de Neurosis, les couleurs sludge de Mastodon, les influences folk et hard rock des États-Unis plus traditionalistes, le death-doom le plus lourd et le plus étouffant, les éclairs de heavy metal nu et pur : il y avait tout cela et aussi quelque chose de plus. , dans les trois derniers albums de cette formation éclectique, un exemple de métal contaminé aussi progressif que vrai et pétillant dans son essence.
Après avoir fait d’abondantes pérégrinations au loin, surtout en profondeur, dans le monde du metal contemporain et plus ancien, Inter Arma s’était arrêté un instant, nous faisant encore écouter un bel album de reprises, “Garbers Days Revisited”, qui bien qu’étant seule une sortie passagère a confirmé toutes les qualités du groupe. Avec “New Heaven”, voici le retour avec du matériel inédit et, pour une fois, plus qu’une nouvelle évolution et expansion des possibilités d’expression, l’album sonne comme une synthèse de nombreux aspects déjà explorés précédemment.
Dans ce dernier ajout, le premier aspect qui ressort est la volonté d’être plus concis et direct – le point fondamental, comme le définirait un animateur de radio bien connu – en évitant bien souvent ces longs allers et retours, ces longs et des intrigues en couches qui ont épaissi, avec succès, les publications précédentes. Un développement donc généralement moins large et enveloppant, qui ne renonce pas à l’opulence instrumentale et aux enchevêtrements, mais se prête moins aux lourds voyages sonores qui ont rendu des compositions comme “Primordial Wound” et “Blood Of The Lupins” si atmosphériquement incandescentes et pleines. du pathétique.
Jusqu’à présent, l’Inter Arma avait démontré qu’elle savait faire un peu de tout et tout bien : s’il y avait besoin d’attaquer et d’exprimer une colère impulsive, elle savait la canaliser de manière adéquate et imaginative ; s’il y avait lieu de se charger de tons doom infernaux et suffocants, ils étaient encore plus effrayants ; désireux de se détendre et de flotter entre rêve et crépuscule, ils pourraient faire preuve d’un goût mélodique et d’une sensibilité vocale très affirmée. Autant d’éléments qui résonnent dans “New Heaven”, mais de manière plus synthétique et avec moins de concession au timing doom, même si la formule de la formation n’a pas évolué ni élagué de manière excessive le puissant réseau de sons pour lequel elle était connue jusqu’à présent.
Voici ensuite deux titres orageux et hyper détaillés, rapides et rapaces, qui regardent l’univers du sludge metal le plus tourbillonnant et le plus bouleversant. Le titre titre vit de hauts et de bas ondulants et nerveux, où dissonances redondantes et ralentissements pleins de négativité alternent pour alimenter l’anxiété et la psychose, saupoudrant l’ensemble, comme d’habitude difficile à démêler, d’un peu de bruit.
Un morceau au rythme épuisant et découpé en de nombreuses sections, qui reviennent cycliquement frapper, tandis que “Violet Seizures”, après un début presque tribal, s’échappe dans des atmosphères presque psychédéliques, entre pointes d’harmonies orientales et violence multicolore, avec distorsions et moins de volumes crépitants que d’habitude. La vitesse et l’impulsion, cependant, sont incessantes et produisent ces élans viscéraux de pur instinct qui ont toujours tracé une frontière entre Inter Arma et la compétition de sludge.
Death et black metal ne se sont pas perdus en chemin, ils reviennent par intermittence avec leurs ramifications dentelées imprégnées d’émotions anciennes (“Desolation’s Harp”), servant de base à des développements qui deviennent volontiers orageux, très complexes et pleins d’instinct naturel. Dans la deuxième partie de l’album, cependant, résonnent de larges et solennelles mélodies : la douceur cristalline de “Gardens In The Dark”, avec la grosse voix de Paparo qui se détache fièrement ; le sabbat psychédélique bouillonnant de « The Children The Bombs Overlooked », au charme époustouflant, entre une clinique de batterie de TJ Childers, ses effets tout aussi absurdes et les voix d’ogres du chanteur.
Si le blues naturaliste de “Forest Service Road Blues” apporte un calme irréel dans l’air, dans son ensemble “New Heaven” se révèle être une autre fresque monumentale du métal contemporain, évoquée dans une bonne partie de sa galaxie sans limites actuelle. On ne parlera pas de surprises et de renouvellements comme dans les albums précédents, mais même cette version d’Inter Arma ne parvient tout simplement pas à rester en dessous du seuil de l’excellence. Pour ceux qui les ont toujours trouvés trop massifs et complexes, « New Heaven » pourrait être le point de départ idéal.

Tags:

NEXT Tiziano Ferro, piqûre à Mara Maionchi après Belve : ce qu’il révèle