parcours et difficultés étoiles des 21 étapes

Tout est prêt pour la première course par étapes de la saison. Moins de deux semaines et il partira du Piémont le Tour d’Italie 2024. La Corsa Rosa est très attendue en raison de la présence de Tadej Pogacar qui, après avoir dominé hier le Liège-Bastogne-Liège, est prêt à monopoliser également la course italienne, dans le but de réaliser le doublé sensationnel avec le Tour de France.

Comme d’habitude, un parcours très varié sur les routes du Bel Paese, avec des fractions qui proposent des idées différentes, des journées différentes qui ne semblent pas acquises et, évidemment, des ascensions alpines qui s’avéreront décisives. Découvrons en détail toutes les étapes avec les étoiles de difficulté.

ÉTAPES DU GIRO D’ITALIA 2024

Première étape : Venaria Reale-Turin (143 km) ***

Immédiatement une scène difficile pour ouvrir la danse. Superga d’abord, mais surtout ensuite Colle della Maddalena (6,4 km à 7,4%, max. 12%) avec les 20 premiers kilomètres de l’arrivée avant de plonger vers Turin.

Deuxième étape: San Francesco al Campo-Sanctuaire d’Oropa (161 km)***

Arrive la première arrivée en montée : sur la montée rendue célèbre par Pantani, c’est le premier affrontement entre les grands noms. Ce n’est pas très difficile, avec 11,8 kilomètres à 6,2%, mais cela peut certainement être un spectacle.

Troisième étape : Novara-Fossano (166 km) **

Cette fraction n’est pas anodine. Il n’y a pas de grands GPM, mais avant la ligne d’arrivée il y a une rampe de 1,8 kilomètre à 4,2% qui pourrait bouleverser les plans des sprinteurs.

Quatrième étape : Aqui Terme-Andora (190 km) **

C’est le jour des roues rapides ? Attention au Capo Mele, traditionnel à Sanremo, pour anticiper la ligne d’arrivée à Andora.

Cinquième étape : Gênes-Lucques (178 km) ***

Cela aussi devrait être une journée pour les sprinteurs, mais ce n’est pas acquis : en Toscane, après Camaiore, voici la montée de Montemagno, à 20 km de l’arrivée.

Sixième étape : Viareggio-Rapolano Terme (180 km) ***

Le jour du chemin de terre. En finale, un mélange de tronçons raides et de secteurs de chemins de terre qui, en cas de mauvais temps, pourraient même être décisifs pour le classement général.

Septième étape : Foligno-Pérouse (contre-la-montre, 38,5 km) ****

La première épreuve contre la montre arrive : les 32 premiers kilomètres sont plats, puis 6,5 kilomètres à 4% pour arriver à Pérouse. Essayez tout ce qui n’est pas trivial.

Huitième étape : Spoleto-Prati di Tivo (153 km) *****

Deux GPM précèdent la montée finale qui est très dure : 14,6 kilomètres à 7% (avec des pointes à 12). Premier véritable affrontement difficile entre les grands noms du classement général.


Neuvième étape : Avezzano-Naples (214 km) ***

C’est une étape longue et non triviale qui mène à la capitale de la Campanie : à la fin il y a plusieurs petites montées qui pourraient décider d’un succès partiel, mais l’évasion sera probablement perdue.

Dixième étape : Pompéi-Cusano Mutri (142 km) ***

Dure journée avec le Camposauro GPM (6,1 km à 7,8%, max. 13%) et surtout la montée finale vers Bocca della Selva (17,9 km à 5,6%, max. 10%).

Onzième étape : Foiano di val Fortore – Francavilla al Mare (207 km)**

Début d’étape très agité, mais il devrait y avoir une chance pour les roues rapides de récupérer et de se battre pour la victoire.

Douzième étape : Martinsicuro-Fano (190 km) ***

Etape classique de style Tyrrhénienne-Adriatique : après un départ tranquille, il n’y a pas un mètre de plaine avec les parois des Marches se succédant rapidement.


Treizième étape : Riccione-Cento (179 km)*

Plat classique mi-Grand Tour : ici, on ne peut pas fuir les sprinteurs.


Quatorzième étape : Castiglione delle Stiviere-Desenzano del Garda (contre-la-montre, 31,2 km) ***

Contre-la-montre individuel pour spécialistes : totalement ou presque plat, des moyennes très élevées seront atteintes.

Quinzième étape : Manerba del Garda-Livigno (220 km) *****

Étape très longue et très difficile dans les Alpes. Elle commence par Lodrino et Colle San Zeno (13,9 km à 6,6%, max. 14%), puis le parcours change, avec l’ajout du Col de Mortirolo (12,8 km à 7,5). %) et enfin Passo di Foscagno (14,6 km à 6,5 %) et la montée finale vers Mottolino (8,1 km à 6,6 %, max. 18 %).

Seizième étape : Livigno-Santa Cristina di Valgardena (202 km) ****

D’un point de vue tactique, la scène a été un peu mal conçue. Il y a le Col du Stelvio (20,2 km à 7,2%, max. 14%), la Cima Coppi de cette édition avec ses 2 758 mètres, dans la première partie, puis beaucoup de plaine. A la fin cependant, attention au Passo Pinei (23,4 km à 4,7%) et au Monte Pana vers l’arrivée (7,6 km à 6,1%).


Dix-septième étape : Selva di Val Gardena-Col de Brocon (159 km) *****

Une autre épreuve alpine. Passo Sella (8,9 km à 7,4%), Passo Rolle (19,8 km à 4,8%) et surtout Passo Brocon à deux reprises, avec la deuxième montée, celle menant à l’arrivée, qui verra 12,2km à 6,4%.


Dix-huitième étape : Fiera di Primiero-Padova (171 km) **

Étape intermédiaire avant la grande finale, les sprinteurs sont de nouveau attendus, pour la dernière fois avant Rome.


Dix-neuvième étape : Mortegliano-Sappada (157 km) ***

Il n’y a pas d’arrivée en montée, mais l’arrivée n’est absolument pas simple : attention au Passo Duron (4,4 km à 9,6%, max. 18%), qui précède Sella Valcalda et la montée vers Sappada avec des pentes à deux chiffres.


Vingtième étape : Alpago-Bassano del Grappa (181 km) *****

La dernière étape comprend l’ascension du Monte Grappa à deux reprises (18,2 km à 8,1%, max. 14%), sans oublier la descente technique qui mènera à la ligne d’arrivée.

Vingt et unième étape : Rome-Rome (122 km)*

Passerelle habituelle complètement plate dans la capitale.

Tags:

PREV GP Imola, Leclerc et Ferrari brillent lors des essais libres 2. Piastri 2e, Verstappen seulement 7e
NEXT la mémoire sur Sky Sport F1 et MAINTENANT