Parc de Portofino, les ennuis de Toti continuent : espérons que le différend sera désormais terminé

Parc de Portofino, les ennuis de Toti continuent : espérons que le différend sera désormais terminé
Parc de Portofino, les ennuis de Toti continuent : espérons que le différend sera désormais terminé

Pour ceux qui se soucient du sort de l’environnement mais aussi de la vie des générations futures, que Dieu nous préserve des présidents de région comme John Toti, si ouvertement amis des grandes œuvres. Ceux qui en Ligurie s’opposent à cette folie en savent quelque chose. regazéificateur dans le port de Vado Ligure, ou ceux qui prétendent que le nouveau brise-lames à Gênes (qui soutient Webuild) n’est pas seulement un gaspillage d’argent public, mais une véritable catastrophe, ou pour ceux qui n’en veulent pas Skymètrepour laquelle un recours est pendant devant le TAR.

Ne parlons pas des aires protégées régionales que Toti considère comme de la fumée et des miroirs a redéfini ses frontières. De plus, la pensée de Toti est claire : « Il y a ceux qui ne peuvent pas se résigner au fait que ce pays a besoin d’infrastructures. Nous avons besoin de mobilité ferroviaire, nous avons besoin de grandes infrastructures ferroviaires, mais nous avons aussi besoin de routes, d’autoroutes, d’une série de Infrastructure dans lequel nous avons pris du retard, tout comme nous avons besoin d’infrastructures pour desservir nos ports. » J’ouvre une parenthèse : ce n’est déjà pas assez cimenté et que la pauvre terre de Ligurie est dotée d’infrastructures ?

Mais revenons aux parcs, non pas aux parcs régionaux, mais au parc national dont on parle depuis des décennies, celui de Portofino, et nous y retournons car c’est là que tombe l’âne (avec tout le respect que je dois à Toti, qui entre autres a bien d’autres problèmes à régler dans cette période). Il était gêné qu’un arrêté ministériel signé par l’ancien ministre Cingolani (pas vraiment écologiste) ait délimité le futur parc national en incluant 11 communes, comme l’indique l’ISPRA. Le parc devait être limité à trois, Portofino, Camogli et Santa Margherita : exactement comme aujourd’hui. Arrêt. La seule solution pour y parvenir était que le ministre actuel le délivre Fratin de piquet un nouveau décret qui établit que le parc national doit être étendu comme le parc régional. Et c’était ainsi.

Mais il est également arrivé que le Tribunal administratif régional de Ligurie, en appel on ne sait pourquoi, pas par les “grandes associations environnementales” mais par le Amis du parc de Portofino et de l’asbl Verdi Ambiente e Società, a-t-il déclaré illégitime le décret Fratin, rétablissant le décret précédent qui voit les communes de Camogli, Portofino, Santa Margherita Ligure, Recco, Avegno, Tribogna, Cicagna, Rapallo, Coreglia Ligure, Zoagli et Chiavari au sein du parc.

Et espérons qu’avec cette phrase l’éternel se termine plaintes sur le parc national et ses frontières, conteste que dans un autre pays civilisé elle ne serait même jamais née. Mais nous sommes en Italie, nous sommes en Ligurie, nous sommes dans le royaume de Toti…

PREV Espagne-Croatie, Dazn, Sky ou Rai : où le voir à la télé et en streaming ?
NEXT Ravenne, le bilan des morts suite à l’accident de via Sant’Alberto s’aggrave. L’ancien manager Romeo Giacomoni est décédé