Maxi fraude d’une valeur de 355 millions d’euros, impliquant une entreprise bien connue de Barletta

Maxi fraude d’une valeur de 355 millions d’euros, impliquant une entreprise bien connue de Barletta
Maxi fraude d’une valeur de 355 millions d’euros, impliquant une entreprise bien connue de Barletta
“Monde paradisiaque”, c’est ainsi qu’a été nommée l’opération complexe menée par le commandement provincial de Barletta de la Guardia di Finanza, qui a conduit à la saisie d’argent, d’actifs, d’actions de la société ainsi que de tout un recueil d’entreprises pour une valeur totale de 355 millions d’euros.

L’un d’entre eux s’est retrouvé dans le viseur de Fiamme Gialle société anonyme bien connue de Barletta, Chogan, opérant dans le secteur des cosmétiques et de la vente en ligne à travers la méthode du “marketing multiniveau”, cette forme de vente dans laquelle les produits ne sont pas vendus dans le magasin mais directement aux clients via un réseau de vendeurs. Mesures de précaution pour cinq personnes : Parmi les personnes arrêtées figurent le propriétaire de l’entreprise, Michelangelo Paradiso, 51 ans, et le comptable Pier Luigi Scricco, 63 ans, soupçonné d’être l’instigateur de tout le projet criminel. Les autres noms sont Arcangela Fumarulo, Liborio et Christian Scelzo. Tous les cinq sont accusés d’association de malfaiteurs visant à commettre des délits fiscaux.

Les détails de l’opération

Ce matin, les financiers de la Commande Provinciale de Barletta ont exécuté une ordonnance d’application d’une mesure conservatoire personnelle et réelle émise par le Tribunal de Trani à la demande du Parquet de Trani (un groupe spécialisé en fiscalité, faillite et délits d’entreprise) contre cinq personnes faisant l’objet d’une enquête pour association de malfaiteurs en vue de commettre des délits fiscaux et de blanchiment d’argent et d’auto-blanchiment, ainsi que pour délits fiscaux et de faillite, en procédant également à la saisie d’argent, de biens meubles, d’actions de société, ainsi que de tout un recueil de société , pour une valeur totale de plus de 355 millions d’euros.

Au terme d’enquêtes complexes et prolongées menées par les enquêteurs de l’Unité de Police Économique et Financière de la ville d’Eraclio, sous la direction et la coordination du Parquet de Trani, des comportements frauduleux fiscaux très graves dans la gestion d’un puits- On a découvert une société par actions connue de Barletta, opérant dans le secteur des cosmétiques et du marketing en ligne à travers le système de “marketing multiniveau”, une structure d’entreprise pyramidale dans laquelle les niveaux supérieurs obtiennent des revenus générés par le travail de tiers, ce qu’on appelle la downline.

L’activité d’investigation, également corroborée par des activités techniques ciblées, a d’abord mis en lumière un mécanisme illicite visant à augmenter les coûts de l’entreprise, contribuant ainsi à la réduction artificielle du bénéfice d’exploitation et, par conséquent, au moindre paiement de l’impôt sur le revenu et de la taxe sur la valeur ajoutée, par l’exposition des crédits de TVA existants.

Par la suite, il a également été constaté que les suspects, assistés par un professionnel, dépositaire des comptes de l’entreprise et considérés comme le deus ex machina du mécanisme frauduleux complexe, apparemment respectueux des dispositions fiscales, avaient mis en œuvre, depuis 2017, un système illicite caché plus complexe. système sur la base duquel la société anonyme comptabilisait les frais liés aux commissions de vente facturées par les principaux suspects au moyen de la délivrance de documents fiscaux objectivement inexistants. Qualifiés fictivement de vendeurs « en porte-à-porte », ils bénéficiaient d’un régime fiscal particulièrement avantageux, si l’on considère que la taxation de l’IRPEF était calculée avec l’application d’un taux de facto de 18 %, nettement inférieur au taux le plus bas (23 %) appliqué aux personnes physiques dont les revenus ne dépassent pas 28 mille euros.

De cette manière, le mécanisme illicite conçu a permis aux membres de la bande criminelle d’obtenir un double avantage fiscal, consistant, d’une part, en une taxation négligeable du montant des ventes réalisées (le chiffre d’affaires de l’entreprise est égal à 60 millions euros) et, d’autre part, dans la réduction quasi totale de l’assiette fiscale, à travers la création fictive de coûts très énormes pour l’entreprise, de manière à constituer en réalité une ponction sur les richesses soustraites à la fiscalité IRES.

Dans le cas présent, les sujets enquêtés avaient créé une structure dotée « d’une organisation solide et stable, systématiquement prédéterminée pour la perpétration de comportements criminels, qui ne peuvent être considérés comme la simple manifestation d’accords occasionnels mais comme de véritables actions criminelles menées sur un terrain base constante et homogène, ainsi que répétée dans le temps”.

Aux fins de l’existence du crime d’association de malfaiteurs le plus grave, “le manque de scrupules” avec lequel non seulement les associés “… ont délibérément mis en œuvre les faits contestés mais… avec lequel, avec un naturel tout aussi presque désarmant, s’est avéré entièrement symptomatiques, ils ont discuté de ces faits. Les activités d’interception de leurs conversations ont révélé “de manière absolument claire l’existence d’un projet criminel bien organisé et testé au fil du temps, avec également des perspectives d’avenir”.

Aux fins de quantifier la valeur de la maxi-saisie, l’entreprise a été contestée sur l’hypothèse de la responsabilité administrative de l’entité, qui prévoit à la fois des sanctions pécuniaires, d’interdiction et de confiscation, cette dernière étant liée au profit illicite obtenu.

Il existe de nombreux produits de luxe, ressources financières et propriétés acquises grâce à la richesse produite et soustraite illégalement du prélèvement fiscal. Il est important de souligner que le principe de non-culpabilité s’applique aux personnes faisant l’objet d’une enquête jusqu’à une éventuelle condamnation définitive..

Les mesures adoptées lors des investigations ne sont pas définitives : les faits indiqués devront être prouvés lors du procès grâce également à la contribution de la défense.

L’activité d’investigation menée par la Fiamme Gialle de BAT, toujours aux côtés d’entreprises honnêtes, confirme la haute valeur stratégique de la synergie avec l’Autorité Judiciaire de Trani, qui coordonne les enquêtes, pour lutter contre l’évasion fiscale également caractérisée par les méthodes décrites ci-dessus : un phénomène social pernicieux qui fausse la concurrence loyale, compromet la relation de confiance entre les citoyens et les institutions publiques en raison de la forte inéquité générée par la soustraction des richesses produites qui devraient être redistribuées dans le respect des principes de la Constitution, pour la construction d’un système social plus juste et plus compétitif sur les marchés internationaux.

PREV tous les licenciements dès retrait
NEXT Rome, un frère jaloux tue le petit ami de sa sœur avec une arme à feu dans un camping : personne n’a été blessé