« Une armée européenne ? L’OTAN est plus efficace.” Jack Markell (ambassadeur américain à Rome) : «Exploitons les fonds russes»

« Une armée européenne ? L’OTAN est plus efficace.” Jack Markell (ambassadeur américain à Rome) : «Exploitons les fonds russes»
« Une armée européenne ? L’OTAN est plus efficace.” Jack Markell (ambassadeur américain à Rome) : «Exploitons les fonds russes»

Les journées précédant le G7 sont plus mouvementées que d’habitude pour l’ambassadeur des États-Unis en Italie. Voyage continu entre Rome et Washington, avec des arrêts fréquents également dans les Pouilles. Pour Jack Markell, nommé par Biden en juillet 2023, le travail s’était déjà compliqué ces derniers mois, parmi les nombreux sommets internationaux qui se déroulaient d’un bout à l’autre de la péninsule. De Venise à Capri, avec le sommet des ministres des Affaires étrangères, convoqués pour discuter des crises internationales les plus compliquées qui engagent depuis deux ans les chancelleries internationales mais malheureusement aussi les troupes. Tous les préparatifs, y compris les longues discussions ministérielles, les dossiers techniques et sécuritaires, passent également par les bureaux de Jack Markell. Et désormais l’attention se porte sur le moment le plus attendu, avec l’arrivée de Joe Biden au sommet de Borgo Egnazia.

Monsieur l’Ambassadeur, depuis votre arrivée à Rome, la situation géopolitique internationale s’est encore compliquée. Dans le contexte de la crise, quel rôle les États-Unis attendent-ils de l’Italie ?

«Les États-Unis et l’Italie entretiennent des relations solides en tant qu’alliés, partenaires et amis. Comme l’a déclaré le secrétaire d’État Blinken à Capri, le partenariat entre les États-Unis et l’Italie n’a jamais été aussi étroit. Nous travaillons ensemble sur toutes les questions les plus critiques de l’agenda mondial. Alors que nous approchons du G7 dans les Pouilles, je voudrais féliciter l’Italie pour son leadership, à la fois en aidant l’Ukraine à se défendre contre l’agression russe, et pour sa position sur le conflit au Moyen-Orient. »
Dans quelques jours le G7 dans les Pouilles : quelles attentes l’administration Biden a-t-elle sur la direction du gouvernement Meloni ?

«Le président Biden et le Premier ministre Meloni entretiennent d’excellentes relations. Les États-Unis sont prêts à poursuivre leur collaboration sur le changement climatique, la croissance économique, la sécurité énergétique, les défis migratoires et l’intelligence artificielle. »

Pensez-vous qu’il sera possible de trouver une solution juridique permettant la saisie des avoirs russes ? Cela ne pourrait-il pas devenir un précédent très risqué pour l’économie mondiale ?

«Lors de la réunion ministérielle des Finances du G7 à Stresa, la secrétaire au Trésor Yellen a abordé cette question importante avec le ministre italien Giorgetti et d’autres collègues du G7. A cette occasion, la décision de l’UE d’affecter les bénéfices extraordinaires issus des avoirs souverains russes gelés au profit de l’Ukraine a été saluée. Les États-Unis sont prêts à travailler sur des options plus ambitieuses. »

La commémoration du Débarquement de Normandie a été centrée sur le soutien à l’Ukraine. Combien de temps sera-t-il possible de rester aux côtés de Kiev ?

«Les États-Unis resteront aux côtés du peuple ukrainien jusqu’à ce que sa sécurité, sa souveraineté et son autonomie soient garanties. Toute initiative en faveur d’une paix durable doit être fondée sur le respect de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. La Russie est le seul obstacle à la paix en Ukraine. »

Au moment où nous parlons, nous avons sous les yeux des images dramatiques venant du Moyen-Orient : croyez-vous que le cessez-le-feu demandé sera réellement réalisé ?

«Je réitère que les États-Unis soutiennent un cessez-le-feu. Nous avons exprimé nos inquiétudes concernant une opération à grande échelle à Rafah. Nous restons déterminés à mettre un terme durable au conflit. »

Comment expliquez-vous le fait que le Premier ministre israélien Netanyahu semble sourd aux appels du président Biden à arrêter l’intervention à Rafah ?

«Nos discussions avec Israël se poursuivent. Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a réaffirmé la nécessité pour Israël de lier ses opérations militaires à une stratégie politique capable d’assurer la défaite du Hamas, la libération de tous les otages et un avenir meilleur pour Gaza. Nous avons été très clairs sur l’aide humanitaire et également sur la nécessité d’une solution à deux États. »

Les États-Unis affrontent la campagne électorale dans l’un des moments les plus complexes de la crise internationale. En cas de changement de leadership, existe-t-il un risque de repositionnement de Washington, notamment dans les relations avec la Russie de Poutine ?

«Je ne peux pas penser au résultat des élections américaines. Ce que je sais, c’est que, quel que soit le vainqueur, les relations entre les États-Unis et l’Italie resteront fortes. »

L’UE va aussi voter : pensez-vous que le risque d’influence de la Russie est réel ?

«Les actions russes de désinformation sont en cours dans tous nos pays. J’étais à Capri lorsque Blinken et Tajani ont signé un accord pour étendre leur collaboration dans la lutte contre la manipulation de l’information. En travaillant en étroite collaboration, les États-Unis et l’Italie peuvent relever le défi de manière efficace. »

L’UE pense à la défense commune, comment les USA voient-ils l’idée d’une armée européenne ?

«Les États-Unis ont toujours soutenu une Europe forte, unie, libre et pacifique. L’Italie et les États-Unis sont tous deux membres fondateurs de l’OTAN, qui garantit la sécurité de nos pays depuis 75 ans. Il s’agit de l’alliance de défense la plus réussie et la plus durable de l’histoire. Ce succès est dû au lien entre l’Europe et l’Amérique du Nord fondé sur une histoire, des valeurs et des objectifs communs. »

Les États-Unis disposent de 6 bases militaires en Italie : pensez-vous qu’il est nécessaire de renforcer le système de défense face aux menaces répétées du Kremlin ?

«J’ai eu le plaisir de visiter les communautés italiennes qui accueillent ces structures. Nous sommes reconnaissants pour tout ce que l’Italie fait pour accueillir nos troupes et leurs familles. Nous apprécions le soutien de l’Italie à la sécurité au Moyen-Orient, dans la mer Rouge et dans le monde. Mais pour relever ces défis communs, tous les membres de l’OTAN doivent engager les ressources nécessaires pour assurer notre défense commune. »

© TOUS DROITS RÉSERVÉS

Lire l’article complet sur
Le Messager

PREV Activités sociales – Avis pour la mise en place d’activités estivales dans les quartiers
NEXT Le service est entièrement gratuit pour toute personne rencontrant des difficultés émotionnelles