“Des pertes fiscales importantes liées aux concessions”

Bruxelles – Le régime italien de gestion des biens de l’État côtier ne fonctionne pas. Les concessions de plage doivent être abolies et remplacées par un nouveau système d’allocation utile à la concurrence et respectueux des réglementations européennes en la matière et, surtout, utile à la situation budgétaire. Car, quand on analyse la fiscalité nationale et les recettes qui rentrent dans les caisses de l’Etat, “Des pertes de revenus importantes sont observées en relation avec les concessions publiques, y compris les plages« .

Un court passage, une ligne qui vient d’être contenue dans le document accompagnant les recommandations par pays que la Commission européenne a présentées avec l’ensemble du paquet économique qui comprend également les procédures pour déficit excessif, également lancées pour le pays. Les services exécutifs communautaires le placent dans le chapitre le plus substantiel relatif à la situation fiscale, et c’est ici que la pression est une nouvelle fois exercée sur le gouvernement pour qu’il change de cap. La Commission, en affirmant qu’il y a des “pertes importantes” pour le Trésor italien en relation avec les concessions, affirme qu’en réalité un prix préférentiel est appliqué, ce qui nuit à la concurrence et aux finances publiques.

Un avertissement politique arrive de Bruxelles, à mi-chemin entre un avertissement, encore, et un rappel, encore. La décision que la Commission européenne elle-même doit prendre concernant les concessions de plages pèse sur l’Italie. L’amende n’a jusqu’à présent été reportée que pour des raisons de convenance politico-électorale et pourrait rester en suspens encore un certain temps, mais la réponse finira par arriver. Il est demandé à l’Italie de s’efforcer d’éviter un affrontement ouvert le moment venu.

Bruxelles ne peut pas faire plus. Vous vous accordez plus de temps que prévu. Un « cadeau » pour Giorgia Meloni et son gouvernement, qui s’avère encore plus difficile à réaliser. Il y a deux arrêts de la Cour de justice de l’UE (délivrés respectivement le 2016 et le 20 avril 2023) qui doivent être mis en œuvre, ainsi qu’une procédure d’infraction. Trop de choses sur lesquelles continuer à fermer les yeux.

Ainsi que il est difficile de fermer les yeux sur l’impôt forfaitaire si cher à la composante Ligue du Nord du gouvernement. Le document technique de la Commission met noir sur blanc que «l’extension des régimes fiscaux forfaitaires, également pour les travailleurs indépendants, cela détériore l’équité horizontale et l’efficacité du système fiscal réduisant la redistribution, favorisant des catégories spécifiques de contribuables et décourageant la croissance des entreprises”. Encore un avertissement. Là non plus, comme dans le cas des concessions de plages, ce n’est pas nouveau.

PREV La métropole de Lille obligée d’acheter de nouvelles rames de métro à cause d’un retard
NEXT “Nous avons reçu de nombreuses indications, sans succès”