Latina, un ouvrier abandonné décède à Latina après un accident du travail

Est mort Satnam Singh, l’ouvrier indien victime d’un accident du travail lundi dans une ferme de Latina, est sorti mutilé à cause de la perte d’un bras (reposant sur une caisse de fruits) et abandonné par son employeur à son domicile. Aucun des « caporaux » n’est intervenu pour l’aider. Même s’il a perdu beaucoup de sang, il est resté seul: seule sa femme désespérée et secouée veille sur lui. Puis emmené à San Camillo par ambulance aérienne, il n’y est pas parvenu.

Le parquet de Latina a ouvert une enquête avec la municipalité comme partie civile

A seulement 31 ans, l’homme travaillait dans une ferme à Borgo Santa Maria, à la périphérie de Latina. Il a perdu un membre dans la machine d’emballage plastique tirée par un tracteur, qui a également écrasé ses membres inférieurs. Hospitalisé avec un pronostic réservé, tout a été fait pour le sauver. Mais les blessures étaient trop graves. Le parquet latin enquête sur l’incidenta, qui a initialement ouvert un dossier pour blessure par négligencedéfaut d’assistance et violation des dispositions sur le travail irrégulier (le délit de blessure se transformera automatiquement en homicide involontaire après coup) contre leL’entrepreneur pontin Antonello Lovato, 38 ans. Àau lieu d’aider l’ouvrier, l’homme a pensé – “en pleine agitation” dirait-il à la police – à charger l’amputé dans la camionnette et à le ramener chez lui en sang et avec un membre sectionné. Cela ne peut pas non plus être exclu le crime de gangmastering, reconnaissable dans l’exploitation du travail dans les champs. “Aucune communication n’est encore arrivée du parquet”, affirme l’avocat. Valerio Righi qui défend Lovato en équipe avec son collègue Stefano Perotti. Mêmes réactions du côté des milieux d’investigation, qui parlent d'”une situation en cours”. Même celle d’une éventuelle arrestation est actuellement une hypothèse examinée par les enquêteurs.

L’homme d’affaires aurait appelé à l’aide avant de disparaître

Ce qui est sûr, c’est que l’homme de 38 ans, devant la police, a déjà raconté ce qui s’est passé lundi dernier sur les terres de Borgo Santa Maria, lorsque le bras droit de l’ouvrier s’est coincé dans une machine utilisée pour préparer la serre pour la culture de melons. Depuis, ils ont prévalu peur et confusion : au lieu d’aider la victime, l’agriculteur a mis le blessé et sa femme dans la camionnette et les a déchargés chez eux. Cependant, il semblerait qu’il ait appelé à l’aide, et soit parti une fois certain de leur arrivée. La municipalité de Latina se dit prête à se constituer partie civile: «J’accepte la demande qui m’est venue justement ce matin de l’ensemble du conseil municipal de favoriser, là où les conditions existent, la constitution de l’administration communale comme partie civile au futur procès. L’épisode survenu dans notre ville constitue une violation des droits humains fondamentaux, de la dignité humaine et des règles relatives à la sécurité des travailleurs. Le gangmastering est désormais devenu un fléau honteux. »

Le syndicaliste CGIL : «Il paie de 4 à 6 euros de l’heure»

«Laisser les travailleurs sans aide est une pratique courante – souligne le secrétaire de la CGIL Giuseppe Massafra – surtout s’il s’agit de personnes sans permis de séjour comme dans ce cas. Des ouvriers qui, en signalant des accidents, mettraient en avant leur condition précaire. Regardons à un système consolidé d’exploitation par lequel le caporal, qui peut être italien ou compatriote, recrute les travailleurs directement à proximité des foyers des communautés étrangères et décide du salaire inférieur au contrat. Donc de 4 à 6 euros de l’heure, decela dépend évidemment du travail. Mais tu travailles aussi 14 heures, et donc les chiffres peuvent être réduits en travaillant efficacement à la pièce.”

Questions d’Annamaria Furlan (Pd)

Et maintenant les commentaires et réactions étonnés des hommes politiques et des syndicats. «C’est une terrible nouvelle, en réponse à laquelle je tiens tout d’abord à exprimer mes condoléances et mon indignation pour une mort tragique qui aurait pu être évitée. J’ai posé une question aux ministres du Travail à ce sujet, de l’Agriculture et de l’Intérieur, car il est nécessaire d’éclairer tous les aspects et surtout d’activer toutes les initiatives possibles pour lutter contre la mafia et l’exploitation par le travail”, déclare leà la sénatrice du Parti démocrate Annamaria Furlan, membre de la commission du travail. Il poursuit : « Les données sur l’exploitation par le travail continuent d’être dramatiques et sont également confirmées par les chiffres de l’INAIL. Il s’agit d’une urgence à laquelle on ne peut remédier qu’en investissant dans un plus grand nombre d’inspecteurs du travail, qui manquent encore de personnel, et aussi en concentrant les efforts pour mettre en lumière les liens existants entre les entreprises agricoles qui exploitent le travail et les organisations criminelles.

CISL : « Le massacre doit cesser »

« Ce massacre doit cesser. Aujourd’hui est un jour terrible et une défaite absolue pour tout le monde et pour les familles qui continuent de pleurer les morts. On quitte la maison pour travailler, pas pour mourir”, est le premier commentaire immédiat d’E.nrico Coppotelli, secrétaire général de CISL Lazio. «Nous devons poursuivre une grande action de sensibilisation auprès des entreprises et des travailleurs – poursuit-il – tout en exerçant une grande pression sociale sur les institutions. L’ordre du président de la Région Latium, Francesco Rocca, qui limite le travail les jours les plus chauds pour les travailleurs à risque, est une bonne chose.” Il partira lundi 24 la campagne Flai CGIL « Les droits sur le terrain » : le «Les brigades ouvrières » sont prêtes à présider le territoire et « à donner leur soutien et leur voix aux travailleurs qui se brisent le dos pour apporter de la nourriture sur les tables des Italiens sans même avoir en retour le respect de la dignité. Dans les prochaines heures, nous définirons une mobilisation pour que de telles horreurs ne se reproduisent plus. Nous poursuivrons notre lutte pour la dignité du travail et contre l’exploitation, afin que le fléau du gangmastering soit éradiqué.”

Ministre Calderone: «En avant avec le plan contre l’économie souterraine»

«Un véritable acte de barbarie, à poursuivre en tous lieux et en tous lieux» observe le mistra travailliste, Marina Calderone, lors de l’heure des questions à la Chambre. «Au centre de l’agenda gouvernemental se trouve la question de la lutte contre le travail non déclaré. Il s’agit d’un outil visant à doter le pays d’une stratégie stable prévention et lutte contre le phénomène dans les différents secteurs de production – assure-t-il -. Le plan introduit des mesures visant à lutter contre le travail irrégulier également à travers la promotion d’une culture de respect des droits des travailleurs et d’une saine concurrence entre les entreprises. Répression et prévention”.

La Région prendra en charge les frais des obsèques

De la Région Latium, l’annonce que l’administration prendra en charge les frais funéraires. «Une fois les responsables identifiés – souligne le président Francesco Rocca – nous nous constituerons partie civile dans le procès contre eux. La Région confirme son engagement dans la lutte contre le gangmastering et pour la sécurité des travailleurs de tous les secteurs de production.

NEXT Après l’attaque de Mondialpol, le gang s’est caché à Sassari La Nuova Sardegna