Campi Flegrei, sommet avec Meloni et les ministres mercredi – Actualités

Cette fois c’etait different. Aujourd’hui, à Pouzzoles, tout le monde le dit. Les plus de 160 secousses – 150 de 19h51 à 0h31 et 15 autres après l’essaim – qui alternaient pendant la nuit, principalement celle de Magnitude 4,4les plus forts des 40 dernières années, ont mis à l’épreuve ceux qui ont souffert du bradyséisme toute leur vie.

“Cette fois, la peur nous a submergés et c’était le chaos” dit Luigi. Sur Lungomare Pertini, il y a ceux qui font du jogging. Mais à proximité, dans des voitures garées, beaucoup ont passé la nuit. Il y a des jeunes avec leurs amis chiens, il y a des personnes âgées, il y a des enfants. Leurs visages sont marqués par la peur, par la colère avant même la fatigue.

Le Premier ministre Giorgia Meloni présidera mercredi au Palais Chigi un sommet interministériel sur la situation aux Campi Flegrei après l’essaim de tremblements de terre de la nuit dernière. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Protection Civile, Nello Musumeci, soulignant qu’il y aura « d’autres interventions du gouvernement sur la table, après celles déjà promues et mises en œuvre avec le décret-loi d’octobre dernier ». “Je suis en contact permanent avec la Première ministre Giorgia Meloni – a ajouté Musumeci” qui suit la situation depuis hier soir”.

“Nous mettons en place, par mesure de totale précaution, trois zones d’attente et d’accueil dans les communes de Naples, Pozzuoli et Bacoli”, a déclaré le préfet de Naples, Michele di Bari.

Dans la zone affectée par l’activité sismique des Campi Flegrei, la Protection Civile intervient immédiatement et, en particulier, est vérifier la stabilité des bâtimentsa expliqué le chef de la Protection Civile, Fabrizio Curcio.

Les écoles de Pouzzoles resteront certainement fermées mercredi également et un arrêt dans les prochains jours n’est pas à exclure. D’après ce que nous comprenons, des contrôles sont en cours et des dégâts ont été constatés dans certains établissements. La décision finale sera prise dans les prochaines heures grâce aux inspections d’experts qui sont effectuées pendant ces heures.

“Cinq zones d’attente ont été mises en place pendant la nuit à Pozzuoli et une zone d’accueil au Palatrincone de Monterusciello, où ont dormi 80 personnes”, a annoncé la cellule de crise sismique des Campi Flegrei sur les réseaux sociaux. “Des zones d’attente ont également été aménagées à Bacoli. Les inspections ont jusqu’à présent abouti à la déminage de 19 bâtiments et l’évacuation de 42 familles. L’activité des techniciens se poursuit avec l’arrivée d’autres équipes mises à disposition par les Sapeurs-Pompiers et les ordres professionnels”, souligne-t-on.

En savoir plus Campi-Flegrei-sommet-avec-Meloni-et-les- Agence ANSA Campi Flegrei, l’essaim a ralenti mais n’est pas encore terminé – Actualités – Ansa.it L’essaim sismique qui se déroule depuis hier dans les Campi Flegrei “a ralenti son rythme, mais il n’est pas encore terminé”, a déclaré à l’ANSA le volcanologue Mauro Di Vito, directeur de l’Observatoire vésuvienne de l’Institut national de géophysique et de volcanologie. (POIGNÉE)

Entre-temps, le transfert des 140 détenues présentes dans la prison pour femmes de Pozzuoli a commencé. Une disposition – comme l’ont expliqué le préfet de Naples Michele di Bari et la surintendante des prisons de Campanie, Lucia Castellano – qui était nécessaire pour des raisons de précaution. Les secousses de la nuit dernière ont en fait provoqué des secousses mineures dommages à la structure dont l’ampleur nécessite des investigations plus approfondies. Les prisonniers seront hébergés dans d’autres établissements en Campanie. L’idée est – une fois les contrôles effectués – de les faire restituer dans les plus brefs délais. Le transfert des détenus s’effectue à l’aide de certains bus.

Luigi et Margherita ont pris leur voiture hier soir et se sont rendus à Formia : à bord de la petite fille de six ans et des parents de 90 et 84 ans. Margherita pleure lorsqu’elle raconte ce qui s’est passé : “Je ne peux pas l’expliquer, la terre n’arrêtait pas de trembler, c’est comme si quelque chose en dessous était prêt à exploser”. “Cette fois, ça suffit, cette fois nous partons vraiment d’ici – ajoute-t-elle – je suis née à Pouzzoles, j’ai 47 ans, mais la vie est devenue impossible ici”.

Ensuite, il y a la colère. “Mais tu sais qu’ici dans de nombreuses voies d’évacuation, il y a des chantiers de construction de fibresmais est-ce que ça vous semble normal ? – dit Pasquale – hier c’était le chaos ici. Des gens qui conduisaient comme des fous, klaxonnant pour ceux qui voulaient dépasser les autres. Et si cela se produisait pendant la journée ? Et si les écoles avaient été ouvertes ? La panique risque de causer plus de dégâts que le tremblement de terre lui-même. Les gens ne savent pas quoi faire. »

En savoir plus 55d6ff5518.jpg Campi-Flegrei-sommet-avec-Meloni-et-les- Agence ANSA Psychologues : « La peur est une réaction saine, mais nous devons intervenir » – Actualités – Ansa.it « L’imprévisibilité crée inévitablement un climat de tension et d’appréhension. (ANSA)

Actuellement, 42 familles ont été expulsées. À la demande de la Protection Civile de la Région Campanie, le Centre de Coordination des Sauvetage a organisé l’envoi de 400 lits à la disposition des chefs du ministère de l’Intérieur – Pompiers, basés à Capoue, dans les communes de Bacoli et Pozzuoli. La mesure – explique-t-on – est essentiellement de nature préventive, pour garantir que les lits soient immédiatement disponibles à la population locale en cas de besoin.

En savoir plus 1716324533_263_Campi-Flegrei-sommet-avec Campi-Flegrei-sommet-avec-Meloni-et-les- Agence ANSA Psychologues : « La peur est une réaction saine, mais nous devons intervenir » – Actualités – Ansa.it « L’imprévisibilité crée inévitablement un climat de tension et d’appréhension. (ANSA)

Les magasins ont rouvert le matin pour assurer une journée de normalité aujourd’hui aussi. Les dégâts sont comptés, marbres qui se sont détachés des murs, fissures dans les maisons. “Ma maison a résisté au tremblement de terre de 1980 et aux suivants, mais ce soir d’incroyables fissures se sont créées – dit le propriétaire d’un magasin de fleurs – oui, nous avons dormi dans la voiture, mais ensuite nous avons changé et ouvert notre magasin. Nous devons continuer à travailler ici. Nous avons besoin vivre ici. »

Pendant ce temps le matin le trafic ferroviaire est revenu à la normaleaprès les contrôles techniques effectués sur les lignes touchées par l’événement sismique.

Vidéo Tremblement de terre dans les Campi Flegrei, personnes dans les rues de Bagnoli et Pozzuoli

Environ 150 chocs

Depuis 19h51 hier, l’essaim sismique en cours dans la zone des Campi Flegrei a enregistré, jusqu’à 00h31 aujourd’hui, environ 150 tremblements de terre, dont le plus fort était de magnitude 4,4, au sein de la Solfatare.

C’est ce qu’a souligné l’Institut National de Géophysique et Volcanologie (INGV), ajoutant qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas d’augmentation de la vitesse de levage, qui est actuellement de 2 cm/mois, ni de changement dans l’évolution des déformations horizontales ou des différentes déformations locales du sol. terrain par rapport à la tendance précédente.

Vidéo Campi Flegrei, maire de Pozzuoli : “Il est important que tout le monde collabore”

L’INGV rappelle donc que lors de la crise bradysismique de 1982-84 le soulèvement du sol a atteint 9 cm par mois, et a même dépassé 1300 événements sismiques par mois. Mais actuellement, environ 450 événements ont été enregistrés au cours du mois dernier.
Par ailleurs, les paramètres géochimiques “ne présentent pas de variations significatives par rapport aux tendances des derniers mois, hormis l’augmentation bien connue de la température et de la pression qui caractérise le système hydrothermal”.

“La sismicité – ajoute l’INGV – n’est pas un phénomène prévisible, on ne peut donc pas exclure que d’autres événements sismiques puissent se produire, même d’énergie similaire à celle déjà enregistrée lors de l’essaim actuel”.

Surveillance

L’Observatoire INGV du Vésuve poursuit ses activités de surveillance ordinaires et extraordinaires afin « d’identifier les moindres variations des paramètres de surveillance utiles pour mieux définir le phénomène actuel en cours ».

Par ailleurs, les structures de l’Institut National de Géophysique et Volcanologie dédiées à la surveillance de la zone de la caldeira des Campi Flegrei “sont toujours opérationnelles 24 heures sur 24 et aujourd’hui des mesures et des échantillonnages seront effectués dans certains sites de la caldeira”.

L’INGV, avec sa section napolitaine Osservatorio Vesuviano, “est en contact permanent avec la Protection Civile nationale et régionale et avec les communes concernées, ainsi qu’avec toutes les autorités compétentes pour la protection du territoire”.

Reproduction réservée © Copyright ANSA

PREV Gênes, couple attaqué avec une serpe : l’ex-petit ami de la fille arrêté
NEXT Les 30 ans prennent leur retraite à 70 ans ? Scénario extrême, mais peut-être optimiste