G2 Fortitudo Bologne – Real Sebastiani Rieti, actualités

Appartements Service Fortitudo Bologne – Real Sebastiani Rieti 75-59

La première a été aussi chaotique et visqueuse que la seconde était simple et facile : le 2-0 de Fortitudo s’est imposé contre une équipe de Rieti qui n’avait pas la même détermination que 48 heures plus tôt et a réalisé une série de 13-0 entre le premier et le deuxième quart-temps. , continuant à défendre comme un fou sur les joueurs latéraux des visiteurs, Bologne ne risque jamais un seul moment dans une seconde période passée dans une tranquillité totale mais inattendue. Mission accomplie en ce qui concerne le ménage, on aurait peut-être pu s’attendre à quelques sièges vides en moins (le chiffre était pourtant de 4245 sur ceux déclarés), tout le reste est superflu.

Nouvelles

Changement de haut pour Rieti (du jaune au bleu clair), chants pour Myers et Fucka dans le parterre, pour un départ collectivement aérien : Fortitudo punit immédiatement les timides tentatives des autres dans la zone, Rieti ne baisse pas la tête, certains passent les deux ici et là, ce qui donne de l’urticaire aux entraîneurs respectifs, mais profitant surtout de l’avantage du rebond à la 10e minute, c’est 24-17 à domicile.

La défense grandit, Rieti s’enlise à nouveau entre des absences centimétriques et des confusions mystiques, ainsi Antitudo étend presque sans faire de bruit, 33-17 à la 15′. Il faudrait parfois demander une infériorité évidente en raison de l’écart athlétique entre les équipes, c’est +17, et c’est dommage pour une méchanceté finale de Giuri qui permet un scratch à Johnson qui clôture la mi-temps à 40-28.

Le jeu se déroule comme la ligne de chemin de fer qui longe l’Adriatique après Pesaro, dans une paresse totale, Bologne gardant Rieti à distance et Ogden qui, après quelques abus de l’extérieur, attaque le panier avec joie. Peut-être qu’on perd quelques ballons ici et là, mais c’est 57-43 à la 30′.

Le vent arrive aussi (71-48), alors ce qui compte c’est que personne ne soit blessé. Le banc au complet sur le terrain, il reste quelques triples perdus de l’Italien mais rien de bien significatif.

PREV “Il a toujours des astuces à sortir de son chapeau”
NEXT Fagioli pour Spalletti n’est pas seulement un symbole chez Pafundi. Il peut passer à travers la coupure