un mois en Ligurie sous enquête pour corruption


×

Votre navigateur est obsolète.

GÊNES – Mardi 7 mai, vendredi 7 juin 2024 : c’est le mois qui a secoué la Région Ligurie avec l’arrestation pour corruption présumée du président Giovanni Toti qui, depuis son bureau donnant sur la Piazza De Ferrari, s’est retrouvé assigné à résidence dans sa résidence d’Ameglia, La Spezia.

Trente jours qui ont bouleversé la vie de la Ligurie et du port de Gênes, le cœur de l’économie de la région. Aux côtés du gouverneur sont arrêtés son bras droit et chef de cabinet, Matteo Cozzani, l’opérateur du terminal Aldo Spinelli et l’ancien président de l’Autorité Portuaire Paolo Emilio Signorini, récemment promu par le maire Bucci au poste de PDG d’Iren, le seul qui termine en prison et ne bénéficie pas d’une assignation à résidence.

Les mesures de précaution sont justifiées par le fait qu’à la veille des élections européennes, les suspects pourraient répéter le crime ou polluer les preuves.. La majorité dans la région et les représentants du gouvernement parlent d’une justice mécanique. Le procureur Piacente précise que la demande a été déposée auprès du juge d’instruction fin décembre. Quatre mois avant les arrestations, le temps suffisant pour examiner les neuf mille pages de l’enquête.

Tout tourne autour de trois années d’interceptions téléphoniques et environnementales, dont beaucoup ont été réalisées à bord du yacht de Spinelli. amarrés à la foire maritime où chacun, tour à tour, hommes politiques et autres entrepreneurs, se rendait, acceptant également de laisser son téléphone portable sur le quai, de peur d’être écouté par la finance, ou tout simplement pour éviter un éventuel espionnage industriel, comme le dit la rumeur parmi les jetées.

Les photos des téléphones portables abandonnés sur le quai sont l’une des cartes postales de cette maxi enquête.

Pour Cozzani et Toti, l’accusation est aussi un vote d’échange. Sont également sous enquête Roberto Spinelli, le fils d’Aldo, l’entrepreneur Mauro Vianello, directeur d’Esselunga. Francesco Moncada, les jumeaux Arturo Angelo Testa et Italo Maurizio Testa, représentants de la communauté Riesi de Gênes considérée comme proche de Cosa Nostra, et Venanzio Maurici, syndicaliste à la retraite.

Selon les procureurs Monteverde et Manotti, en échange d’argent et d’autres cadeaux, Toti et Signorini ont favorisé ou fait des promesses de concessions aux entrepreneurs. Toti se défend en affirmant que les dons étaient considérés comme un financement électoral, Signorini est accusé de cadeaux en espèces et de voyages de luxe d’Aldo Spinelli. Les enquêteurs accusent également Cozzani d’avoir favorisé les abus de construction sur l’île de Palmaria, et Spinelli la tentative de privatiser une plage de Celle Ligure pour faciliter la spéculation immobilière de son fils.

Trente jours plus tard, Toti, remplacé dans la Région par Alessandro Piana, est toujours assigné à résidence, les conditions de Signorini et Spinelli étaient également inchangées, puisqu’ils n’obtenaient que l’occasion de rencontrer leur frère et deux vieux amis. Entre-temps, grâce aux chiffres de la majorité, le conseil régional vote en faveur du président Toti, comme il l’avait demandé après avoir obtenu des procureurs la possibilité de rencontrer son dauphin, le conseiller Giampedrone, assigné à résidence.

C’est le redémarrage, mais seulement d’un point de vue politique, tandis que pour le judiciaire, le chemin semble encore difficile.

Le 28 mai, les enquêteurs ont été entendus par la commission parlementaire anti-mafia sur l’infiltration de Cosa Nostra.

L’enquête continue : après les interrogatoires des membres du comité portuaire et d’autres responsables de l’autorité portuaire sur la concession du terminal vraquier et sur le largage Concenter, les procureurs attendent désormais d’entendre deux grands noms, deux témoins non interrogés, le maire de Gênes Bucci et le propriétaire du MSC Gianluigi Aponte.

L’enquête, même si elle est désormais définie, limitée, divulguée par les procureurs, doit désormais être renforcée.

PREV Ravenne, problèmes de réseau d’eau à Marina, Punta et Porto Fuori, seulement un filet d’eau aux robinets. Hera s’efforce de les résoudre
NEXT Lazio, Roma, Inter et Juve : les dernières nouveautés