Premier accord européen sur Ita-Lufthansa, oui avec conditions. Giorgetti : proche du mariage

Écoutez la version audio de l’article

La Commission européenne a adopté, au niveau technique, une première orientation positive informelle sur l’accord entre ITA et Lufthansa en vue du verdict officiel qui sera officialisé d’ici le 4 juillet. Des sources européennes proches du dossier font état d'”avancées décisives”. vu l’accord définitif ; le dernier obstacle est représenté par les remèdes demandés par Bruxelles au Mef et à Lufthansa dans le but de protéger la concurrence à l’aéroport de Milan-Linate, sur les liaisons vers l’Europe centrale et l’Amérique du Nord, avec l’ouverture des routes aux concurrents.

Optimisme prudent du ministre Giorgetti

Interrogé sur le sujet, le ministre de l’Économie, Giancarlo Giorgetti, a exprimé un optimisme prudent: «Je crois que ces derniers jours, nous avons encore travaillé très intensément, durement. Disons que la date est fixée, les conjoints et les témoins sont convoqués. Tout peut arriver. En ce moment, je pense que nous allons nous marier, mais tout peut arriver », a-t-il déclaré. “Le mariage tant attendu – a ajouté le ministre – la mariée et les témoins sont convoqués mais le Don Abbondio de la situation peut même ne pas se présenter”.

Lufthansa est prête à investir 325 millions immédiatement, première tranche d’une dépense de 829 millions

Un oui conditionnel arrive donc de la Commission européenne sur l’acquisition de 41% d’Ita Airways par Lufthansa, grâce à un investissement de 325 millions d’euros. Il s’agirait d’une première étape dans une opération plus vaste dont Luifthansa entend acquérir ultérieurement 90%, pour atteindre progressivement le contrôle total d’Ita Airways grâce à un investissement total estimé à 829 millions d’euros.

L’opération est considérée comme fondamentale pour assurer l’avenir et le développement d’Ita qui, selon ce qui est ressorti d’une récente rencontre entre le président Antonino Turicchi et les syndicats, dispose de 420 millions en espèces, tandis que 240 millions supplémentaires arrivent d’un prêt qui est actuellement en cours de fermeture, qui servira à l’achat d’avions propriétaires. La compagnie, qui ambitionne de disposer d’une flotte de 96 appareils d’ici la fin de l’année, recherche actuellement des avions long-courriers pour lancer de nouvelles liaisons, comme la Rome-Bangkok qui sera opérationnelle à partir de novembre.

Le dernier obstacle concerne les solutions pour les routes avec l’Amérique du Nord.

Quant aux remèdes proposés par Bruxelles, les dernières propositions envoyées par le Mef et Lufthansa prévoient le transfert de 17 paires de créneaux (34 liaisons aller-retour) à des compagnies concurrentes de l’aéroport de Milan Linate, ainsi que l’ouverture à la concurrence d’une dizaine de routes. au départ de Fiumicino et Linate vers l’Allemagne, la Belgique, la Suisse et l’Autriche. Quant aux liaisons avec les États-Unis et le Canada, notamment avec San Francisco, Washington, Chicago et Toronto, réalisées par les partenaires du réseau Lufthansa, en plus de geler pendant deux ans l’entrée d’Ita Airways dans la joint-venture avec United et Air Canada , Lufthansa et Mef se sont engagés à promouvoir des accords garantissant l’entrée de nouveaux concurrents extérieurs à Star Alliance afin de protéger la concurrence.

NEXT Les retraites menacées de pauvreté. Un revenu de réserve est nécessaire