à vélo d’Albignasego à Paris seul

ALBIGNASEGO (PADOUA) – «Je ne me sens pas fatigué, je suis plein de bonheur». ET Elisabetta Marsiglio cela parle, 57 années vécues de manière toujours active, dont les 10 derniers jours ont été marqués par un voyage de 1 470 km : d’Albignasego à Paris. Pour elle, l’un des visages connus de la commune de la ceinture, grâce à son magasin de vêtements Voilà à Carpanedo, qui ferme parfois pendant les pauses déjeuner pour reprendre le vélo et pédaler sur les collines Euganéennes, ce rêve a été cultivé et planifié. avec beaucoup de soin. «Un jour j’ai commencé à y croire sérieusement, à penser “je vais le faire”, à avoir peur, mais aussi à le désirer et alors, alternant des moments d’enthousiasme avec d’autres dans lesquels je me croyais fou, j’ai commencé mon solo courir en me disant : PadoueParis, j’essaye”.

Elisabetta Marsiglio, d’Albignasego à Paris à vélo

Un défi qui a commencé le samedi 8 juin, lorsqu’Elisabetta a quitté Albignasego à l’aube pour enfourcher son gravel bike. Pinarello, pesant exceptionnellement 18 kg à cause des bagages, et entreprendre les 1 470 km et 9 500 mètres de dénivelé préétablis. «Je ne réalise toujours pas que j’ai réalisé mon rêve, sourit-il chaleureusement, une fois descendu du pédalage dans la Ville Lumière, j’ai construit le parcours étape par étape et je l’ai suivi méticuleusement. En réalité, j’ai même réussi à faire des erreurs et à me perdre, mais même ce genre d’erreurs fait partie du voyage et mène à la découverte d’endroits inattendus.

L’entreprise

Les dix jours à pédales ont été racontés quotidiennement sur le profil Instagram “marsy_in_bici”, dans le reportage étape par étape d’un parcours qui serpentait à travers cinq pays : l’Italie, l’Autriche, la Suisse, le Liechtenstein et la France. Avec le costume bleu et la grande écriture Italia sur son corps élancé et élancé, le carré sur ses cheveux blonds et le drapeau tricolore flottant sur le porte-bagages, Marsiglio s’est fait reconnaître dans toutes les nations : « La plus belle étape a été justement celui de Staffa à Bâle, aussi parce que j’en ai trouvé beaucoup là-bas cyclotouristes avec qui j’ai aimé discuter. C’est quelque chose qui n’arrive pas si souvent dans nos Monts Euganéens, où j’aime faire mes courses en solo. Pourtant, c’était tellement agréable de comparer : certains d’entre eux ont fait des voyages fous, qu’il faut raconter.” L’étape la plus difficile ? «Probablement les Autrichiens. , mais exigeant, avec trop de vent, constant et inattendu. Un jour, j’avais presque envie de pleurer, mais je n’ai jamais pensé à abandonner. Je partais toujours à 6 heures du matin et un jour, une température d’un degré m’attendait sur la route et, peu de temps après, beaucoup de pluie froide. Heureusement, nous avons réussi à atteindre 1113°C et l’après-midi j’ai pu rester un moment en manches courtes.” Originaire de Cartura, avec une formation de très jeune professeur d’anglais, elle cultive une passion pour la mode et l’habillement comme tradition familiale, au point d’en faire son habitat une fois installée avec sa famille à Albignasego. Membre de l’équipe Padova Bike Factor, «c’est né avec moi, je l’ai dans le cœur», Elisabetta Marsiglio a pédalé en moyenne 7 heures par jour pour atteindre la Tour Eiffel le lundi 17 juin à 14h30. «J’ai tellement d’adrénaline qui circule que je ne me sens même pas fatigué. Et c’était presque toujours comme ça : dormir était difficile, un peu plus de trois heures par nuit. Et pourtant, je m’amuse tellement.” L’attend maintenant le retour en train jusqu’à Nice, pour ensuite reprendre le vélo jusqu’à Vintimille (“il aurait fallu le démonter ou, pire encore, m’en séparer et je n’en avais pas du tout envie”) et enfin reprendre le train pour Padoue. Toute la famille l’attendra: «Mes enfants Linda et Andrea me l’ont rappelé tout au long du voyage: écoute, c’est nous qui devrions inquiéter leurs parents, et non l’inverse», éclate de rire le cycliste, prêt à retirer le “Fermé ” signe pour les vacances ” depuis sa vitrine.

© TOUS DROITS RÉSERVÉS

Lire l’article complet sur
Le Gazzettino

PREV Bye bye Inter, vol de Premier League : la cible principale de la défense s’envole pour l’Angleterre
NEXT Euro 2024 : l’Angleterre en quarts, la Slovaquie battue 2-1 ACTUALITÉS et PHOTOS – Championnats d’Europe 2024